• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Le paiement vert du 1er pilier de la PAC favorise-t-il l’adoption de pratiques réduisant les émissions de GES d’origine agricole ?

Mis à jour le 13/06/2018
Publié le 16/02/2018

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur agricole représentent 9.8% des émissions de l’Union européenne et 17.8% des émissions françaises.

Une étude conduite par l’Inra en 2013 a permis d’identifier 26 leviers techniques permettant de réduire ces émissions, d’en chiffrer la potentiel d’atténuation à l’horizon 2030 et d’en évaluer le coût par tonne de CO2 équivalent évitée.

À la demande de la Commission « Agriculture et Développement Rural » du Parlement européen, une analyse complémentaire a été réalisée afin d’évaluer dans quelle mesure le « paiement vert » mis en place dans le cadre de la Politique agricole commune de 2014 était susceptible de favoriser l’adoption de ces leviers techniques. Les résultats montrent que le « paiement vert » ne permet de promouvoir qu’un petit nombre des leviers identifiés (3 sur 26).

Le principe de « greening equivalency » permet, selon l’utilisation qui en est faite, de promouvoir potentiellement 4 autres leviers. Avec les hypothèses les plus favorables, l’atténuation obtenue ne représente cependant au mieux que 23% de l’atténuation cumulée des 26 mesures identifiées, confirmant l’impact limité de la PAC actuelle sur l’atténuation du changement climatique. Une des raisons en est que le « paiement vert » ne concerne pas certaines pratiques majeures à l’origine des émissions agricoles comme la fertilisation azotée (à l’origine des émissions de N2O) et la gestion des effluents d’élevage (à l’origine d’une partie des émissions de CH4).

Par Sylvain Pellerin (Inra de Bordeaux-Nouvelle Aquitaine, EA)

Le « paiement vert » du premier pilier de la PAC favorise t’il l’adoption de pratiques réduisant les émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole ?