• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

La dissolution des arêtes ?

Publié le 16/05/2018
Mots-clés :

On se souvient de ce que j'ai écrit du soi disant "baron" Brisse : c'était un plumitif dont les textes culinaires sont très souvent fautifs : il n'y a pas besoin de "permis" pour écrire un livre, notamment un livre de cuisine, raison pour laquelle n'importe qui s'y met, et peut dire n'importe quoi. J'ai même vu récemment un auteur prendre des phrases de mes livres, et les utiliser à mauvais escient, dans un ouvrage qu'il faisait.

Bref, doutons, et doutons encore... notamment quand nous lisons, dans La petite cuisine du Baron Brisse (E. Donnaud, 1875, p.33)  :

« Poisson rôti. Prendre des poissons gros ou petits, convenablement préparés ; les placer dans un pot de terre qu’ils remplissent, avec beurre et huile, sel, poivre, épices et aromates ; couvrir le pot d’un couvercle garni de pâte et envoyer au four pour y être mis en même temps que le pain et retiré de même. Le poisson est alors non seulement cuit, mais on n’y retrouve plus d’arêtes ; elles ont fondu  à la cuisson ».

Là, nous avons fait l'expérience... et les arêtes n'ont pas disparu. D'où vient l'idée ?